Edito

Certains(es) en ont rêvé, Monsieur Benoît de Ruffray l’a fait !

Voilà une charte des valeurs digne de ce nom ! Quels mots forts et beaux que ceux utilisés !  (Vraiment lisez-les, c’est un vrai baume au cœur, enfin sur le moment !)

C’est cependant un brin grandiloquent :  « ces valeurs qui sont la pierre angulaire pour rester maître de notre destin et ne pas perdre notre âme ».

 

Des mots tels que respect, solidarité, partage, nous ont touchés.

Mais donnons-nous le même sens aux mots ?

Est-ce que ces mots, dans ce contexte ont encore un sens ?

Comment au quotidien, applique-t-on ces valeurs ?

 

Un exemple ? « Nous agissons de façon éthique » : Alors à quand une hausse de salaire correspondant à une réelle part des bénéfices ? Le moins qu’on puisse dire c’est que les premières propositions sont ridicules voir indignes, et pendant ce temps-là, le pouvoir d’achat s’amenuise et fond.

Nous, nous cherchons à préserver des conditions de travail décentes alors qu’elles sont de plus en plus stressantes.

Et comment fait-on avec des collègues surchargés et stressés ?

A quoi sert de recruter à tout va si l’effectif au bout du compte n’augmente pas ?

Fidéliser ses salariés peut être un beau challenge pour Eiffage !

 

Alors ces valeurs, qu’il les mette en œuvre !

Pas seulement couchées sur le papier, mais vivantes au quotidien.