Edito

50,83 % ! Les élections professionnelles, les premières concernant le fameux CSE, sont passées et mettent en tête l’UNSA Clemessy. Sacré score ! Surtout que cinq organisations syndicales étaient en lice. 50,83 %, c’est une vague bleue qui déferle sur Clemessy.

Ce matin, ne boudons pas notre plaisir car la campagne électorale fut rude et parsemée de quelques coups bas.
Au-delà de l’émotion très agréable que nous procure ce résultat, il convient aujourd’hui de se poser les bonnes questions.
Pourquoi tant de candidats ont été barrés alors que les organisations syndicales s’évertuent à convaincre les salariés que c’est une équipe et son programme que l’on vote et non l’un ou l’autre candidat plus ou moins sympathique ?

Pourquoi tant de difficulté à amener les salariés à voter alors que le syndicat est le seul rempart entre eux et le patron ?

Pourquoi est-ce surtout le premier collège (câbleur, monteur, administratif…) qui boude ostensiblement les urnes alors qu’il est le plus fragilisé dans l’entreprise ?
A tout cela, il faudra être à même de pouvoir amener des réponses.

Ce qui est certain c’est que si le paysage syndical change, c’est aussi une autre forme de syndicalisme qu’il faut penser.
Sans vouloir être méprisant mais le syndicalisme « à la papa » a vécu, comme le fameux « camarades, camarades ». Si elle veut continuer à être la première organisation syndicale chez Clemessy, l’UNSA doit persister dans la mue qu’elle a amorcée. La tâche n’est pas facile mais essentielle.